«La richesse est la capacité de vivre pleinement la vie.» – Henry David Thoreau

Lorsque j’étais encore salarié, tout allait bien, j’étais content avec mes clients, mes clients étaient contents de moi, tout allait bien dans le meilleur des mondes.

Jusqu’au jour ou j’ai été convoqué car j’étais trop proche d’un client et de moins en moins « corporate ».
Cette convocation, que j’ai trouvé totalement injustifiée, m’a valu un avertissement, et l’empêchement d’une hausse de salaire alors que j’avais atteint (et dépassé) mes objectifs de l’année précédente.
J’ai ressenti plusieurs émotions négatives : une forte colère, une injustice, de la déception, de la trahison et surtout … Une forme de contrainte.

A quoi bon être un clone si je ne peux m’accomplir moi même. Je ne voulais plus mettre les pieds dans cette entreprise qui était devenu pour moi un rassemblement de personnes qui ne partagent pas les même valeurs que moi au final.
J’ai commencé par demandé un 4/5ème pour commencer à absorber de premiers clients en free-lance.

Pendant le même temps, je commençais à lire (beaucoup), jusqu’à tomber sur le livre « la semaine de 4h » de Tim Ferriss, qui explique ce qu’est la liberté financière.
Un passage a été une révélation pour moi, ce passage qui dit « je choisis ce que je fais, je choisis quand je le fais, je choisis où je le fais, et je choisis avec qui je le fais ».
Je me suis rendu compte que j’étais atypique, que je ne peux rentrer dans un moule qu’on m’impose.
Je peux faire le travail mais faut pas me contraindre. C’EST DONC ÇA QUI M’APPELAIT DEPUIS TOUT CE TEMPS ? LA LIBERTÉ !

Le lendemain, j’ai posé ma démission, en négociant de rester en free-lance. Bien entendu, j’avais PEUR !
Cependant, J’ai la chance d’être dans un secteur d’activité qui manque de main d’œuvre, j’ai proposé cette solution qui serait avantageux pour mon ex employeur comme pour moi.
Après quelques mois de négociations, j’ai pris mon envol, comme free-lance dans un premier temps.

Je me suis senti beaucoup plus léger et épanouis. J’avais choisis ce que je souhaitais faire. J’ai quitté le quartier, j’ai quitté le village, et j’ai commencé à écrire ma propre route, sans vraiment savoir ce que j’allais y trouver.

Mais c’est drôle, dès que j’ai démissionné, plusieurs choses illogiques ont commencé à se produire, comme si l’univers me disait « et bah enfin tu te bouges ?! »

Et une chose était sûre : IMPOSSIBLE POUR MOI DE RETOURNER DANS LE SALARIAT !, le rejet serait beaucoup trop fort.
J’ai commencé à avoir des idées pour impacter, à ma manière et à mon niveau, le monde qui m’entoure…

TOI AUSSI TU PEUX PRENDRE TA LIBERTÉ ! ALORS FONCE ! 😃

J’espère que cet article t’as plu, n’hésite pas à nous rejoindre à la BIX Academy

(Visited 14 times, 1 visits today)

Rejoignez notre groupe Facebook Bix Academy

description_de_ton_image
Close